ménage zéro déchet

Produits ménagers écologiques : quel label choisir ?

 

Au delà des incontournables de base tels le vinaigre ou le bicarbonate de soude utilisables comme tels, lorsqu’il s’agit de produits ménagers plus complexes, il n’est pas donné à tout le monde d’avoir le temps, l’énergie ou l’envie de fabriquer ses propres produits maison. C’est pourquoi, nous avons fait une revue des trois labels écologiques qui nous semblent les plus fiables concernant les produits ménagers.

 

LE LABEL NATURE ET PROGRÈS

 

ecolabel-europeen-logo-label-écologie-produits-ménagers

L’histoire du label Nature et Progrès

L’association Nature & Progrès est créée en 1964. Elle est “l’acteur historique de la promotion du développement de l’agrobiologie et de la biodynamie en France et en Belgique”. Leur label permet d’identifier les produits respectant de nombreux critères ayant trait aux modes de production, au respect de la vie, à l’environnement, à l’économie locale ou solidaire. Cette certification est attribuée à des producteurs et des transformateurs qui en font la demande et adhèrent à l’association. Pour l’obtenir, ces derniers doivent respecter cette charte ainsi que le ou les cahiers des charges spécifiques à leurs activités. 

Fiabilité du label

Il s’agit à ce jour de l’organisme de certification le plus fiable en France car il est le seul à garantir 100% de composants biologiques. Par ailleurs, c’est le seul à prendre en compte l’engagement durable global des entreprises dont il certifie les produits. En effet, il n’est attribué à une marque que si 70% au moins de leurs produits répondent aux critères Nature et Progrès

Pour ce qui est des produits ménagers, leur cahier des charges prend en compte non seulement les caractéristiques du produit mais aussi les conditions d’exploitation des ressources, les rejets dans l’environnement, la biodégradabilité des produits et enfin le type d’emballage sélectionné i. Il interdit également les matières premières non renouvelables. 

 

Le label Nature et Progrès interdit :

  • Les matières premières issues de bases animales ou issues de la pétrochimie
  • Les bases végétales obtenues à partir de dérivés de glycols ou phénoliques, d’électrolyse mercurielle
  • Les silicones et ses dérivés
  • Le chlore et ses dérivés
  • Les phosphates
  • Tous les produits pétroliers (formol, phénols)
  • Le P.V.C (dans les emballages)

 

ECOCERT

ecocert-logo-label-écologie-produits-ménagers

L’histoire du label Ecocert

Créée en 1991 par un groupe d’ingénieurs agronomes, la société ECOCERT devient un organisme privé de contrôle et de certification. Elle contrôle et assure que des produits (alimentaires, cosmétiques et d’entretien) sont conformes à leur cahier des charges. 

 

Les produits ménagers Ecocert respectent les critères suivants :

  • Absence d’Organismes Génétiquement Modifiés (OGM), pas de parabens, phénoxyéthanol, nanoparticules, silicone, PEG, parfums et/ou colorants de synthèse, ingrédients provenant d’animaux…
  • Au moins 95 % d’ingrédients doivent être naturels ou obtenus à partir d’ingrédients naturels
  • Les emballages doivent être biodégradables ou recyclables.
  • Au minimum 10% des ingrédients sont d’origine biologique
  • Il existe une liste restrictive des ingrédients de synthèse autorisés, qui ne doivent pas dépasser 5% du total.

 

ÉCOLABEL EUROPÉEN 

ecolabel-europeen-logo-label-écologie-produits-ménagers

L’histoire du label l’Écolabel

Créé en 1992 et révisé en 2009, l’écolabel européen est le seul label écologique officiel européen. En France, les deux organismes en charge de sa gestion par le Ministère de l’environnement sont : l’ADEME pour son déploiement et l’AFNOR Certification pour l’attribution des certifications. En septembre 2018, l’écolabel européen comptait 25 catégories de produits non alimentaires dont les produits ménagers

 L’écolabel européen interdit :

  • les tensioactifs alkyl phénol éthoxylate 
  • les composés aromatiques nitrés 
  • les ingrédients toxiques et cancérigènes.

Il limite (mais n’interdit pas) :

    • les phosphates ;
    • les phosphonates ;
    • les produits dangereux pour la vie aquatique ;
    • les produits difficilement biodégradables.

Toutefois, comme indiqué dans la fiche technique de l’écolabel publiée par l’Ademe, « la question de l’introduction d’un critère pour limiter l’utilisation de nanomatériaux classés comme toxiques, dangereux pour l’environnement, cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR) ou extrêmement préoccupants a été abordée au sein du comité européen de l’EE (EUEB). La Commission Européenne a décidé de ne pas appliquer de critère spécifique aux nanomatériaux afin de « ne pas les stigmatiser. »

 

 

Merci de nous avoir lu, et retrouvez Greenwego pour des ateliers zéro déchet pour vos collaborateurs en entreprise et vos clients dans les magasins bio, boutiques de vrac.


Greenwego ateliers zéro déchet pour entreprises DIY cofondatrice Renée Ndjouli
Renée
Animateur zéro déchet
Thibaut

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Les bienfaits et usages méconnus du miel

Les bienfaits du kéfir sur votre santé

Le bicarbonate de soude : propriétés et usages

Le percarbonate de soude : propriétés et usages 

La cire d’abeille : propriétés et usages

Produits ménagers : si nous reprenions le contrôle

Quelle eau boire

Leave comment